×
Forum Solitude(s) (05 Mar 2017)

Bienvenue sur le forum de Solitude(s). Vous pouvez ici participer à des discussions et des débats sur des sujets aussi variés que les Sciences Humaines, la Philosophie, ou encore la Sexualité.
En participant à ce forum, vous acceptez notre charte . Vous pouvez aussi lire le manifeste du site pour plus d'informations sur notre projet communautaire.

Critique de la Communication Non Violente de Marshall Rosenberg

  • Avatar
  • Portrait de Avatar Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Humain en formation
Plus d'informations
13 Sep 2017 19:08 - 13 Sep 2017 19:10 #30775 par Avatar
Avatar a créé le sujet : Critique de la Communication Non Violente de Marshall Rosenberg
Bonjour.

Je crée le sujet car depuis quelques mois j'ai enfin lu le bouquin de Rosenberg sur la CNV.

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


Et vu que c'est le genre de truc qui me parle, qui me fait du bien a moi, bah je tente comme je peux de l'appliquer un peu partout autour de moi. J'en parle dans un truc que je suis en train d'écrire mais que j'ai pas encore fini. Je le rajouterai ici pour avoir mon côté "Pro CNV".

Mais je manque vraiment beaucoup de recul au sujet de l'efficacité réelle ("objective") du processus de la CNV en tant que méthode pour améliorer la qualité des relations qu'on entretient avec soi même et avec les autres.

De mon point de vue, j'ai l'impression que ca marche, que ca fait du bien aux gens. Certes. Mais ne suis-je pas déjà convaincu par la méthode, donc biaisé?
Du reste, j'ai lu des choses sur le succès de la CNV dans le monde, mais ces choses, je les ai lu dans des bouquins de convaincus, dans le bouquin de Marshall lui même.
J'ai encore jamais lu de critique approfondie de la CNV, et encore moins de réponse approfondie à une telle critique.

Le truc c'est que la CNV n'est pas un processus qui se prête beaucoup à la conceptualisation. On peut trouver ca louche, mais moi ca me dérange pas. Je pense en effet qu'au niveau des relations humaine la capacité à conceptualiser n'a jamais été ce qui détermine la qualité du lien.

Bref.

J'ai par ailleurs déjà entendu des critiques autour de moi au sujet de la CNV. Disant par exemple que c'est "chiant" et que c'est "pas authentique". Que c'est un processus rigide de contrôle, et donc que ca empêche en quelques sortes d'être naturel, et d'être soi même.
(#Appelàlanature oui mais... #Hommedepaille ? )

Bon, je me doute que sur les 5 ou 6 personnes qui continuent à fréquenter le site, le débat risque de pas aller forcément loin. Mais ca me paraissait quand même intéressant d'aborder la question.

***

Ce qui moi me fait soulever ce questionnement c'est la nécessité d'une prise de recul quand aux conséquences à long terme du découpage du psychisme en différentes instances en interaction, et de la centration sur les besoins. Est-ce que c'est vraiment un truc qui aide les gens sur le long terme à améliorer leur qualité de vie, ou bien n'est-ce qu'une amélioration temporaire qui redescend vite?

La CNV ne conduit-elle pas à une certaine forme d'égocentrisme ("j'ai besoin de ci de ca"), ou à une tendance implicite à la manipulation d'autrui ("Derrière ce que tu dis il y a autre chose, en fait tu veux dire ca"), voir la chosification d'autrui en tant qu'il n'est qu'un tas de besoin qui s'expriment de manière plus ou moins adaptées?

Est-ce vain que de chercher à saisir l'efficacité du processus de la CNV alors que c'est pas un processus conceptualisable, mais un processus dont il faut faire l'expérience?
Affirmer qu'un truc est insaisissable pour l'intellect mais doit être expérimenté, n'est-ce pas une fuite pour dissimuler des failles méthodologiques gênantes?

(Ah et pour aller plus loin encore: La CNV n'est-elle pas contre indiquée avec les personnalités psychotiques, dans la mesure ou elle peut induire une certaine désorganisation psychique et une angoisse de morcellement, en découpant ainsi l'esprit en plusieurs fragments distincts?)
Dernière édition: 13 Sep 2017 19:10 par Avatar.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Sep 2017 11:56 #30777 par Vecu
Vecu a répondu au sujet : Critique de la Communication Non Violente de Marshall Rosenberg
J'ai un peu de mal avec l'idée que la CNV ne se prête pas à la conceptualisation après tous les articles et le bouquin de Marshall lui même qui parle de la CNV. Elle est fondée beaucoup sur les exemples mais le concept fondamental c'est l'écoute puis la reformulation, de ce que j'en ai compris.

Concernant le morcellement du psychisme, il me semble que c'est principalement au travers du fait de reconnaître qu'en tant qu'individu on a plusieurs besoins à un moment précis. Si tu vois d'autres manières de faire ce morcellement, n'hésite pas à me le dire. Toutefois, sur celui que j'ai cité, il ne s'agit pas tant d'un morcellement que de reconnaître un monde intérieur qui peut être en tension, une tension contradictoire ou paradoxale.

Cela me fait rebondir sur ce qui me semble critiquable dans la CNV : sa philosophie, ses axiomes, les "faits" sur lesquels elle se base, car tout ce qui en découle est critiquable dans la pratique (si ça marche vs si ça marche pas, et si ça marche, à quel point ça marche). La CNV c'est un exercice de communication et selon les personnalités on touche à quelque chose de plus ou moins personnel. Y'aura une partie qui laissera tomber dès le début, et j'y vois un appel à la nature/tradition alimenté par une blessure égotique (quoi, ma manière de communiquer ne serait pas parfaite, ne serait pas compréhensible de tous et toutes dès le premier mot ??!!?) qui fait dire à certains que ça ne peut pas marcher parce que ce n'est pas naturel. Et c'est une faiblesse très clair de la CNV : elle ne s'assimile pas discrètement dans le langage, sauf pour ceux qui en comprennent le fond, qui l'ont conceptualisés en terme d'objectifs de communication et de méthode de communication, dirais-je.

Peut-être que je comprends mal ce que tu entends par conceptualisation parce qu'il me semble que ça s'applique pas pour la CNV (d'ailleurs il manque un "pas" avant le beaucoup un moment)

C'est possible qu'à force de se centrer sur les besoins, on finisse par s'en inventer mais je pense qu'à ce niveau ça serait plutôt des failles de personnalité avant d'être un problème émergent de la CNV.
Elle ne se présente pas comme une thérapie, ni comme une forme de communication magique où tout va bien dès l'utilisation mais plutôt comme une méthode pour forcer deux personnes à parler le même langage temporairement. Il me semble que c'est un peu comme ça que Marshall la présente, ou alors ç'en est ma reformulation.

Y'a sûrement des parts que j'ai oublié mais en gros, avant de la critiquer, faut s'intéresser à ce qu'elle dit (philosophie) et prédit (objectifs) et aussi avec quelle facilité elle s'intègre au quotidien.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Avatar
  • Portrait de Avatar Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Humain en formation
Plus d'informations
17 Sep 2017 16:53 - 17 Sep 2017 17:14 #30785 par Avatar
Avatar a répondu au sujet : Critique de la Communication Non Violente de Marshall Rosenberg

J'ai un peu de mal avec l'idée que la CNV ne se prête pas à la conceptualisation après tous les articles et le bouquin de Marshall lui même qui parle de la CNV.



En réalité Marshall lui même dit régulièrement que son processus n'est pas conceptuel, mais que c'est un processus "du coeur". Il le dit dans son bouquin, après j'ai pas lu d'articles de lui.
Et Padovani, qui a participé a des formations avec Marshall, le paraphrase en disant que le concept est pas "the point" de la CNV.
C'est à partir de ca que j'ai avancé que c'était une approche qui s'attachait moins à la conceptualisation qu'a la pratique.

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


le concept fondamental c'est l'écoute puis la reformulation, de ce que j'en ai compris.


Oui il y a de ca. Mais est-ce qu'on a vraiment attendu Marshall pour savoir que l'écoute et la reformulation pouvait aider à faciliter la communication? Est-ce qu'il suffit d'écouter et de reformuler pour avoir une manière non violente de communiquer?

En fait la ou l'approche devient plus floue c'est autour des notions d'empathie et de besoin... D'une part quand il dit en gros "beaucoup de gens pensent avoir de l'empathie mais peu en ont vraiment et voici pourquoi", et d'autre part quand il dit "les besoins sont le tronc commun de l'humanité, on a tous des besoins communs" (qui pourrait être assez facilement attaqué par un excité du concept)


Concernant le morcellement du psychisme, il me semble que c'est principalement au travers du fait de reconnaître qu'en tant qu'individu on a plusieurs besoins à un moment précis. Si tu vois d'autres manières de faire ce morcellement, n'hésite pas à me le dire. Toutefois, sur celui que j'ai cité, il ne s'agit pas tant d'un morcellement que de reconnaître un monde intérieur qui peut être en tension, une tension contradictoire ou paradoxale.


En fait oui c'est un peu la le coeur du problème. C'est qu'on a l'habitude intuitive de se considéré comme étant un tout cohérent et uni, un esprit qui contrôle son corps. Je dis pas que c'est ce qu'on est vraiment, la n'est pas la question. Mais quelque part on a besoin d'être dans ce mode intuitif la pour pouvoir fonctionner, communiquer avec les autres selon une apparente cohérence narrative.

C'est comme si le fait de ressentir des angoises, ou de se percevoir comme étant un eneis plutôt qu'un ego, étant désorganisant pour le psychisme, dont le fonctionnement est ensuite perturbé. Et c'est un peu à ca que peuvent servir certaines technique de relaxation, méditation, sophro. Réincarner son corps pour former un tout uni et fonctionnel, éviter la désorganisation.

Je t'avoue que quand j'ai commencé à prêter attention aux différentes parts de moi (qui sont en effet d'un point de vue essentiel différents besoins), j'avais un peu peur de finir comme Gollum a avoir un trouble dissociatif de personnalité multiple. En fait, ca va. C'est purement méthodique. Mais c'est que je suis a peu près solidement construit psychiquement. Je peux penser par abstraction assez facilement. Mais ca peut être beaucoup plus angoissant pour d'autres gens. Et la question c'est à quel point ca peut être angoissant?
Je me vois mal pour le moment proposer un exercice de dialogue intérieur avec des patients par exemple. Outre le fait que j'ai pas été formé dans les règles pour ca, c'est que je manque encore de recul pour évaluer les bénéfices et les risques éventuels avec ce type d'exercice.

***

C'est d'ailleurs l'une des critiques majeures qu'on fait a la psychanalyse dans le champ de la psychothérapie:
Les conflits psychiques entre les différentes topiques de Freud, Ca moi surmoi, ne laissent aucune place à la liberté de l'individu qui n'est qu'une victime passive de la dynamique qui a lieu malgré lui dans sa tête entre ses désirs (pulsions) et ses mécanismes de défense (qui ne sont que des conditionnements environnementaux). C'est déresponsabilisant et terriblement angoissant.

L'idée c'est de laisser l'individu au centre de lui même. En ACT on opposerait le Soi comme concept au Soi observateur. L'idée c'est qu'on peut conceptualiser le soi comme on veut, il demeurera toujours aussi et avant tout ce "Je suis" cartésien qui est une conscience percevante unitaire, qui préserve l'intégrité psychique du morcellement.
En CNV, on parle aussi de "Soi désidentifié" quand on cesse de s'identifier à une part de nous pour pouvoir considérer avec bienveillance toutes les parts de nous. Mais l'idée c'est de réussir à conserver une certaine unité de nos processus mentaux, en gardant en tête que la CNV est un processus qui fait intervenir avant tout l'imaginaire et la représentation mentale.
(Même si à ce propos c'est flou aussi, j'ai déjà entendu Padovani dire que les "parts de soi existent vraiment". A voir ou elle voulait en venir avec ca.)

il manque un "pas" avant le beaucoup un moment


Pas trouvé ou il manque un "pas" n_n

C'est possible qu'à force de se centrer sur les besoins, on finisse par s'en inventer mais je pense qu'à ce niveau ça serait plutôt des failles de personnalité avant d'être un problème émergent de la CNV.


En fait je crois pas qu'on puisse vraiment s'inventer des besoins, au pire on peut se tromper quand à l'analyse de ce qu'il se passe en nous, confondre besoin et stratégie (combien de fois j'entend des gens me dire "j'ai besoin de lui" ou "j'ai besoin de fumer une cigarette" alors que ce sont en fait des stratégies fusionnées à des besoins sous jacents non conscientisés)

La ou je voulais en venir c'était plutôt qu'en se centrant sur les besoins on peut en oublier l'objectif premier de la CNV qui est la qualité du lien avec les autres. En se centrant sur ses besoins à soi uniquement, le risque est ensuite de se servir des autres pour qu'ils nourrissent nos besoins, sans réelle considération pour les besoins des autres, pour peu qu'ils nourrissent les nôtres.
Mais en effet c'est plus une derrive qui fait suite à une mécomprehénsion de la CNV, qu'a la CNV elle même.

Y'a sûrement des parts que j'ai oublié mais en gros, avant de la critiquer, faut s'intéresser à ce qu'elle dit (philosophie) et prédit (objectifs) et aussi avec quelle facilité elle s'intègre au quotidien.


Ca tombe bien, on s'est déjà tous les deux intéressé à ce qu'elle dit et prédit ;)
Pour l'intégration dans le quotidien, j'aime bien l'idée que c'est comme apprendre une nouvelle langue étrangère, ce qui se fait en trois étapes.
- D'abord on apprend la méthode ("la grammaire")
- La fluidification progressive (ou on apprend à mettre en application la théorie, de manière plus ou moins fluide, on cherche ses mots)
- L'habitude fait que ca devient automatique et naturel (intuitif).
Dernière édition: 17 Sep 2017 17:14 par Avatar.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.323 secondes

Échanges éphémères

Marche/Arrêt Smileys Historique FAQ Kide Chat

Powered by Kide Shoutbox

[22-9] 18:06 - Gintoki: Je pense qu'il s'agit d'une comédie musicale
[23-9] 12:56 - Avatar: Chanterais tu pour nous Gintoki ?
[26-9] 3:00 - Madeword: Heyy tout le monde ça fait un bail que je suis pas passé par ici
[26-9] 23:15 - Vecu: Correct
[27-9] 1:32 - Vecu: Si tu r'passes, quelque gens à l'ancienne sont sur Discord
[4-10] 7:49 - Harpo-IV: Lafleurbleue dit:
La biologie est en train de franchir ce pas et de diverger d'un modèle "général" avec des individus, pour considérer les organismes comme des ensembles de systèmes et de groupes qui sont plus ou moins en symbiose et qui sont en fait des réseaux d'interactions.
(...)
Enfin, entre la biologie et la sociologie, il y a, pour sûr de lourds progrès des sciences cognitives à attendre dans les prochaines décennies qui permettront de passer un grand coup de balai dans le domaine de l'acquis, de l'inné et du déterminisme biologique de la pensée et donc d'affiner ce qui est l'objet des sciences sociales en informant un peu sur l'existence de ce qui est "idéel"...
[4-10] 7:50 - Harpo-IV: Avez vous des exemples de ce que la fleur bleue à dit?
[4-10] 7:50 - Harpo-IV: Des recherches?
[4-10] 18:40 - Vecu: Ce qui me vient en tête c'est un bouquin que je lis en ce moment, L'Art d'Être Parasite de Claude Combes
[4-10] 18:40 - Vecu: Je suis pas du tout en accord avec sa prédiction que je trouve assez ridicule, vis à vis des connaissances que j'ai
[4-10] 18:43 - Vecu: J'ai l'impression que ça donne plutôt une part égale à la fois aux déterminismes biologiques ainsi qu'à comment l'environnement influe ceux là
[4-10] 18:44 - Vecu: Le truc c'est que c'est une interaction constante entre les deux - ce que le génome est capable d'exprimer et ce que l'environnement permet dans la palette du génome
[4-10] 18:45 - Vecu: S'il s'agit de balayer le "déterminisme absolu des gènes" du type "le gène de la violence" "le gène du voleur" ça je suis d'accord, mais il me semble que ce discours est déjà abandonné
[5-10] 10:07 - Harpo-IV: Ça mérite des explications :)
[5-10] 10:09 - Harpo-IV: Mais sinon oui bien sûr le gène peut être UN facteur. Mais à l égard du gène je connais très peu et je connais pas beaucoup les recherches qu'on fait la dessus. Ça me paraîtrait gros quand même qu'on a réussi à lier le gène avec le sentiment national etc
[5-10] 10:13 - Harpo-IV: Du coup s'il y a des choses dans la psychologie environnementale, des groupes ou familiale ou meme en enthologie, sur la trasmission des valeurs je suis preneur. Anthropologie aussi (sur les systèmes de parenté par ex)
[5-10] 10:13 - Harpo-IV: Éthologie*
[5-10] 10:15 - Harpo-IV: Ou sur l étude du comportement humain (genre mimétisme) etc
[5-10] 15:47 - Vecu: T'as surtout des gènes qui facilitent l'addiction/la dépression les "maladies mentales" du type schizophrénie
[5-10] 15:48 - Vecu: Après, les gènes c'est plus au niveau du tempérament - le rapport aux émotions - que y'a une détermination bio importante de ce que j'en sais
[5-10] 15:48 - Vecu: C'est ce que je me rappelle vite fais de mes cours de L1/L2
[5-10] 15:49 - Vecu: Sur la transmission des valeurs j'ai rien en tête, ça me semble plutôt orienté sociologie mais ça me fait penser aux transmissions transgénérationnelles
[5-10] 15:49 - Vecu: Y'a "Aïe, mes aïeux" un livre qu'on m'a conseillé que j'ai pas lu sur la question
[5-10] 16:52 - Harpo-IV: Ah je savais pas que les gènes transmettaient des tempéraments c est intéressant.
[5-10] 16:53 - Harpo-IV: Je savais juste que les traits de la personnalité du Bug Five était héréditaire (avec un gars qui s appelle Jordan Peterson qui met ses cour)
[5-10] 16:53 - Harpo-IV: Je vais lire ça ça a l air pas mal
[5-10] 17:08 - Harpo-IV: Crois tu la démarche scientifique en psychogenealogie?
[5-10] 19:14 - Vecu: "tu savais"
[5-10] 19:14 - Vecu: Concernant le Big Five et l'hérédité j'ai pas vu l'étude en question
[5-10] 19:15 - Vecu: Le travail en psychogénéalogie est plus qualitatif que quantitatif de ce que j'en sais
[5-10] 19:15 - Vecu: C'est plus proche de la description clinique que de mesures "objectives" toussa
[5-10] 19:15 - Vecu: C'est une démarche scientifique différente que celle des papiers scientifiques
[5-10] 19:32 - Harpo-IV: ok ok c'est intéressant en tout cas
[5-10] 19:34 - Harpo-IV: en fait non ça l'est de moitié je viens de vérifier
[5-10] 20:45 - Vecu: Pour l'hérédité du Big Five ?
[6-10] 7:28 - Harpo-IV: Oui

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages, enregistrez-vous ou identifiez-vous.